Accès direct au contenu


Version française > Équipes

Équipes

 
Le laboratoire est une Unité Mixte de Recherche du CNRS et de l’Université François-Rabelais de Tours.

Le GICC - UMR 7292 est organisé en 4 équipes.

L’équipe FRAME étudie les interactions entre les protéines exprimant une portion Fc d’IgG (anticorps thérapeutiques et anticorps pathogènes, protéines de fusion) et les récepteurs Fcg et FcRn, et les réponses cellulaires qui en découlent. L’équipe cherche à comprendre comment certains éléments du microenvironnement (protéases, IgG endogènes…) ont un impact sur ces interactions, sachant que ce microenvironnement peut lui-même varier en fonction des maladies concernées : cancer, inflammation, etc. pour les anticorps thérapeutiques et les protéines de fusion ; thrombopénies induites par l’héparine dans notre modèle d’anticorps pathogènes.
 
L’équipe PATCH étudie les sources de variabilité de réponse aux anticorps thérapeutiques, en termes d’efficacité comme d’effets indésirables. Dans ce cadre, elle évalue les facteurs individuels susceptibles d’influencer leur pharmacocinétique et leur relation concentration-effet chez l’homme, notamment ceux liés au microenvironnement pathologique et aux réponses cellulaires. L’équipe étudie également les biomarqueurs de réponse de façon intégrative, par une approche de pharmacologie quantitative et des systèmes (quantitative systems pharmacology) appliquée à la modélisation pharmacocinétique-pharmacodynamique (PK-PD). Les travaux de l’équipe portent sur tous les anticorps thérapeutiques et concernent donc à la fois la cancérologie, les maladies immuno-inflammatoires et les autres pathologies traitées par ces biomédicaments.

L'équipe LNOx analyse et caractérise le niveau de stress oxydant (radicaux libres, etc.) dans les états pré-leucémiques (myélodysplasies) et les leucémies, et étudie les mécanismes de régulation et les conséquences moléculaires d’un excès ou d’un déficit de stress oxydant. Ces recherches fondamentales ouvrent des nouvelles perspectives thérapeutiques centrées sur la pharmaco-modulation du stress oxydant et des interactions entre les cellules leucémiques et leur environnement, au sein des « niches leucémiques », pour les sensibiliser aux chimiothérapies.
 
 
Cette équipe axe sa recherche de la conception par modélisation moléculaire de petits régulateurs chimiques hétérocycliques à visée antitumorale, vers la bioconjugaison d’anticorps monoclonaux thérapeutiques. Ses compétences s’étendent de la mise au point de nouvelles méthodologies de synthèse organique à l’optimisation de molécules bioactives en chimie médicinale. Une expertise analytique a également permis le développement d’une plate-forme physico-chimique dédiée à l’analyse et l’identification des agrégats dans les formulations de biomédicaments.
 

  • Facebook
  • twitter
  • google
  • imprimer
  • version PDF
  • Envoyer cette page

Retour au site institutionnel